Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison.” Luc 19,9. Jésus n’a pas remis la question du salut à demain. Vous arrive-t-il de remettre à demain une action pour le salut des âmes ? Par exemple, reporter une discussion au sujet du salut ou manquer de répondre à une question là-dessus ? Souvent, on néglige même de le présenter à des amis autour de nous. On se dit parfois, lorsque la bonne occasion se présentera, je le ferai. Mais, cette bonne occasion, quand viendra-t-elle ? Aujourd’hui ou demain ? L’émouvante histoire de Jean répond à cette question.

Missionnaire, pour les Groupes Bibliques des Élèves et Étudiants du Mali, Jean KONE réside dans la ville de Sikasso. Il y sert comme Secrétaire Régional depuis 2017. En effet, son aventure pour la mission commence le jour il a dit à son ami : « passe demain et on parlera du salut ».

L’histoire de Jean

« Je me souviens encore du jour où un camarade de classe m’approche pour me dire : “Je veux être chrétien”. Plutôt que de saisir immédiatement cette occasion pour le conduire à Christ, je lui dis “passe demain on en parlera”. Malheureusement, le même soir, ses parents vont lui faire quitter la ville et je ne le verrai plus jamais. En effet, cette situation m’a profondément affecté. Je me sens toujours responsable du sang de ce camarade s’il ne parvenait pas au salut. Dès ce jour, le salut des élèves et des étudiants est devenu une réelle préoccupation pour moi. C’est ainsi que lors de la convention missionnaire des GBEEM d’août 2015 à Bamako, je pris ma décision de m’engager à servir le Seigneur à plein temps après mes études. Deux ans après, précisément en 2017, je partis en mission avec les GBEEM pour le salut des élèves et étudiants.

Rien de plus merveilleux pour moi que de servir Dieu. M’engager dans la mission avec les GBEEM est plus qu’un devoir pour moi. Je me sens redevable à ce mouvement pour tout son investissement dans ma vie. Mais au-delà, ma plus grande motivation, c’est le salut des élèves et des étudiants. Ce qui fait ma joie dans le ministère, c’est de voir des élèves et des étudiants grandir et devenir des disciples. Je me réjouis de les voir s’engager à répandre la Bonne Nouvelle dans leurs établissements. Je me réjouis, enfin, de voir d’autres Gbeemiens s’engager aussi comme équipiers, intercesseurs et donateurs ».

L’apôtre Paul ne commandait-il pas son compagnon Timothée ainsi « prêche la Parole en toute circonstance, qu’elle soit favorable ou non »… 2 Timothée 4:2 ? Le salut c’est aujourd’hui, pas demain.

 

Diarra GABRIEL,

Point Focal communication

IFES-GBU Afrique Francophone | Mali

Pin It on Pinterest

Shares
Share This